Le trio " Bruch " composé de Frédéric Jouanlong-Bernadou, Henri Clavier et Gilles Vignes s'intéresse à l'idée de Mythlogies populaires Pyrénéennes appréhendées non plus dans le sens de récits ou de contes mais d'actions musicales directes, intuitives s'appuyant sur les détails composant le récit.

Comme son nom l'indique " Bruch " ne s'installe et ne se dissipe jamais vraiment de la même manière, à chaque fois.
Il annonce comme une rumeur, un bruit de fond, un flou qui connaît l'histoire et qui la dévoile peu à peu, à sa guise.
Les détails d'une histoire vont cracher de ce qu'ils ont à dire, eux aussi, leur version des faits.

" Est-ce qu'on refait le récit ou est-ce qu'on épuise ce qui le compose ? " comme une transformation des données originelles en matières sonores jaillissantes soumises à l'humeur du moment.
 
C'est bien parce que l'idée de cadre historique est branlant et subjectif du fait de n'être relaté que par une minorité d'individus que le trio va s'amuser et s'autoriser la liberté de chercher, à trois, une version spontanée qui sans avoir la prétention de ré écrire les choses et les faits, donne à entendre les faces secrètement nichées dans un langage sonore détaillé et direct, délié, qui n'est plus celui du récit mais de l'action.